YAK
CSS Drop Down Menu by PureCSSMenu.com

Vers une renaissance ?



Réduits à quelques centaines d’individus, les Youkaguirs sont confrontés au risque très réel de voir s’éteindre leur culture – une des plus anciennes de la Sibérie – d’ici une à deux générations. Aussi, dès la chute du régime soviétique et l’avènement d’une nouvelle idéologie « renaissantiste » dans l’ensemble de l’ex-URSS, les intellectuels issus de ce peuple, essentiellement les frères Kurilov, se sont employés à élaborer et à mettre en œuvre une stratégie visant à conserver un peuple youkaguir.

A l’origine du mouvement de conservation et de renaissance des Youkaguirs, il y a eu un événement ponctuel, assez éloigné dans le temps, mais bel et bien décisif : la réhabilitation, en 1956, de N.I. Spiridonov, plus connu sous le surnom youkaguir de Tekki Odulok (« petit Odul »), premier savant et écrivain youkaguir, exécuté en 1938 à l’âge de 32 ans pour « espionnage à la solde du Japon », en réalité pour avoir osé invoquer dans un discours la responsabilité du régime tsariste dans la disparition des Youkaguirs.

A l’époque, l’exécution de Tekki Odulok avait tué dans l’œuf toute possibilité de développement pour son peuple dont l’extinction prochaine était prédite depuis déjà près d’un siècle. Sa réhabilitation a ravivé la flamme de l’espoir chez certains Youkaguirs, comme les frères Kurilov, appelés à jouer un rôle particulier dans les affaires de leur peuple.

Moment clef du mouvement de renaissance youkaguire, le premier congrès de ce peuple a eu lieu en 1992 à Nelemnoe, foyer historique des Youkaguirs de la taïga (ulus de Verkhnekolymsk).

Ouvert par l’inauguration d’un monument à la mémoire de Tekki Odulok et clos par la construction d’un tchum (tente conique traditionnelle) dans le cadre du futur musée de Nelemnoe, ce congrès a donné lieu, en outre, à l’introduction d’une fête néo-traditionnelle de « rencontre du soleil » - la fête « Shakhadzhibè », rendue solennelle par la construction, un peu à l’écart du village, d’un grand arc inspiré de motifs ornementaux anciens (voir photo sommaire).

Par ailleurs, ce congrès a clairement défini les trois grands axes de travail pour maintenir un peuple youkaguir :
  • la construction de l’autonomie ethnoterritoriale sous la forme des « communautés claniques »
  • la conservation de la langue et de la culture youkaguires
  • l’amélioration de la situation démographique globale des Youkaguirs.


  • Pour en savoir plus : Marine Le Berre-Semenov, « le mouvement de conservation d’une ethnie en voie d’extinction – les Youkaguirs », Cahiers du Monde russe et soviétique, 41/2-3, Avril-Septembre 2000, pp. 401-430.

    Retour au sommaire des Youkaguirs

    Depuis le 13/07/2012, il y a eu : 248535 visites dont 1292 pour cette page.
    Citation : Yakoutie, joyau sibéro-boréal, yakoutie.free.fr/renaissanceYKG.php - © 2007 - 2017
    Dernière modification le 16-12-2017 15:07:17