YAK
CSS Drop Down Menu by PureCSSMenu.com

Colonisation et facteurs de destruction


Le tsarisme : exploitation économique, concurrence écologique et maladies nouvelles

Sous le tsarisme, l’oppression des sociétés autochtones est majoritairement d’ordre économique avec, comme facteur principal, le prélèvement du jasak, un tribut en fourrure dont toutes les communautés doivent s’acquitter. Les autochtones sont dès lors forcés de consacrer la majeure partie de leur temps et de leur énergie à traquer « l’or mou », plutôt qu’à leurs activités nourricières de chasse, de pêche et d’élevage, ce qui cause l’affaiblissement et le dépérissement des communautés.

Paysage

A la même époque, l’implantation de colons russes et les flux internes de populations provoqués par la pression fiscale font se poser le problème de la concurrence écologique, avec à la clef des famines qui se répètent trop souvent. La très forte mortalité qui sévit parmi les autochtones de la Sibérie jusqu’au début de la période soviétique s’explique en grande partie par ces crises de subsistance, en grande partie aussi par le choc microbien.

Paysage

Comme lors de la conquête des Amériques par les Européens, les colons russes ont apporté en Sibérie les germes de maladies infectieuses nouvelles contre lesquelles les autochtones ne sont pas immunisés. La rougeole, la variole, la scarlatine, la tuberculose, le typhus, la peste, la syphilis, etc., font de terribles ravages jusque dans les premières années du pouvoir soviétique.

Paysage

Vers la fin de la période tsariste et au début de la période soviétique, la sociodiversité boréale se trouve dans un état de dépérissement socio-économique et démographique avancé, ce qui fait pronostiquer à de nombreux observateurs d’alors son extinction prochaine.

Paysage

La période soviétique – privation d’autonomie et politique d’assimilation

La Révolution qui renverse le régime tsariste et met en place le pouvoir soviétique compte parmi ses objectifs la libération de tous les peuples de Russie de l’oppression de classe et de l’exploitation économique qui les étouffent. Dans un premier temps, un Comité du Nord est créé (en 1924) pour prendre en main la soviétisation du Nord russe et redresser la situation socio-économique et sanitaire des peuples du Nord. Sous son égide, les peuples du Nord bénéficient de mesures de protection et de développement adaptées à leurs besoins et à leurs spécificités ethnoculturelles.

Dès les années 30, le régime soviétique se durcit et les peuples du Nord commencent à faire l’objet, comme toutes les autres populations du pays, de mesures volontaristes, décidées en vue de leur intégration au sein d’un nouveau peuple soviétique dont la formation passe par l’effacement des divisions de classe, de religion et d’ethnie. Les peuples du Nord vont dès lors subir de très importantes transformations de leurs types d’organisation sociale, de leurs cultures, de leurs modes de vie et de pensée.

Dans un premier temps, les groupes autochtones se voient imposer la collectivisation de leurs moyens d’existence (les rennes) et de leurs territoires ancestraux, ainsi qu’une sédentarisation partielle qui se fait par étapes dans des centres de plus en plus grands et habités par un nombre toujours plus important d’allochtones. Cette collectivisation et sédentarisation équivalent pour ces peuples à une privation d’autonomie pure et simple.

Le processus de sédentarisation est étroitement lié à la scolarisation des enfants, devenue obligatoire et qui se fait, tout au long de la période soviétique, dans des internats. La scolarisation en internat marque le point de départ de la politique d’assimilation et conditionne sur le long terme la rupture des liens familiaux, l’oubli de la langue maternelle et la dépossession du patrimoine culturel.

La période soviétique est encore marquée pour les peuples du Nord par la découverte de très importantes richesses naturelles, particulièrement abondantes sur leurs territoires. L’exploitation de ces ressources naturelles va être menée au mépris des droits et intérêts des communautés autochtones qui voient au fil du temps leur environnement saccagé et leurs territoires de chasse, de pêche ou de pâturage sacrifiés sans aucune compensation. En outre, cette exploitation fait venir une très importante population allochtone qui s’installe et impose sa langue et sa culture aux premiers habitants, jouant un rôle clef dans leur assimilation.

Le bilan de la période soviétique n’est pas des plus réjouissants. Malgré les changements progressifs de leur structure sociale et professionnelle, malgré la relative discrimination positive dont ils ont fait l’objet, les peuples autochtones du Nord russe restent en marge du développement économique et social. La politique d’assimilation a surtout favorisé la déculturation, c’est-à-dire l’aliénation de tous ceux qui, ne trouvant leur place ni dans l’ancien mode de vie ni dans le nouveau, développent des comportements d’autodestruction.

La période post-sovétique : libéralisme et crise économique

De même que le pouvoir soviétique s’est d’abord construit sur le rejet de la politique tsariste, les premières années qui ont suivi sa chute sont marquées par l’abandon et le rejet de l’idéologie soviétique. Ce fait plutôt positif pour les groupes autochtones a malheureusement coïncidé avec l’arrêt brutal et très pénalisant pour eux du paternalisme d’Etat. Les peuples minoritaires du Nord ont été frappés de plein fouet par la crise économique qui s’est déchaînée sur l’ensemble du territoire russe, avec la libéralisation brutale de l’économie et le passage à l’économie de marché. L’agonie des activités traditionnelles en est le signe le plus révélateur : pour ne citer qu’un exemple, en Yakoutie, le cheptel de renne est réduit de moitié entre 1991 et 1999 (de 361 556 têtes à 177 141 têtes). La réforme agraire de 1991 et la privatisation des activités traditionnelles semblent être en grande partie responsables de cette hécatombe. Les conséquences pour les autochtones sont nombreuses : paupérisation accélérée et chute des indicateurs démographiques, déjà bien bas à la fin de la période soviétique.

Depuis le 13/07/2012, il y a eu : 242651 visites dont 3728 pour cette page.
Citation : Colonisation et facteurs de destruction, yakoutie.free.fr/colonisation.php - © 2007 - 2017
Dernière modification le 20-07-2011 16:58:35